Observatoire du Numérique

Le réseau Net Solidaire, l’association We Tech Care et plus de 60 structures de l’action sociale se sont regroupées avec les institutions qui dématérialisent pour mener un diagnostic territorial sur le numérique en 2018 auprès de 1300 personnes.

L’objectif était de connaître le niveau d’autonomie digitale des habitants pour leur proposer un ensemble de solutions d’accompagnements et de formation adapté à leur niveau et à leurs attentes.

Nous ajouterons régulièrement des données à cette page et mesurerons l’évolution des principaux indicateurs en fonction des actions de médiations menées.

observatoire du numérique 2018

Deux points sont notamment à mettre en valeur dans ce diagnostic territorial sur le numérique :

1 – Un taux d’autonomie inférieur à la moyenne nationale

le taux d’autonomie mesuré en Charente-Maritime est inférieur de 12 % par rapport aux taux national qui s’établit à 60 %. Il est à constaté une disparité entre les zones urbaine et rural où les seniors sont plus nombreux. Le taux d’autonomie est alors de 41 %. Dans le QPV (Quartier Prioritaire de la Ville) de Villeneuve-Les-Salines, le taux d’autonomie digital mesuré est 17 % plus faible sur la moyenne nationale ce qui renforce le besoin en stratégie d’inclusion numérique sur les quartiers d’habitats sociaux.

2 -Un niveau d’ équipement numérique en-dessous des moyennes nationales

  • Les personnes interrogées sont moins bien équipées pour accéder à internet par rapport au niveau d’équipement moyen en France. La proportion de personnes multi-équipées est entre 18 et 25 points inférieure à la moyenne nationale selon les territoires qui ont été étudiés. C’est dans les communes rurales où les personnes sont les moins bien équipées avec près d’une personne sur cinq qui ne possède aucun équipement.
  • La proportion de personnes possédant un smartphone uniquement est bien supérieure à la moyenne nationale dans tous les cas. L’écart le plus important est observé au sein du quartier de Villeneuve-les-Salines, avec 21% des personnes qui utilisent seulement ce dispositif, contre 5% sur l’ensemble de la France.